Les Témoins de Jéhovah : une définition sociologique

Par Philippe Barbey, septembre 2009, mis à jour janvier 2017.

 

Les Témoins de Jéhovah constituent une confession chrétienne. Au plan doctrinal, ils sont unitariens, ils croient en un seul Dieu, Jéhovah (c'est le nom de Dieu dans la Bible) et rejettent la Trinité (antitrinitarisme). Ils pensent que, selon la Bible qu'ils considèrent comme tous les chrétiens comme la Parole de Dieu, le royaume millénaire de Jéhovah Dieu est proche (millénarisme). Ce règne du Christ rétablira la paix et le bonheur sur la Terre. Ils s'y préparent en cherchant à pratiquer le christianisme des premiers temps (restitutionisme). Ils ont été fondés aux Etats-Unis par le pasteur Charles Russell dans les années 1870. Ils s'appelaient au début Etudiants de la Bible puis ont décidé de changer leur nom en celui de Témoins de Jéhovah en 1931.

 

En 2016, les Témoins de Jéhovah sont plus de 20 millions dans le monde dont plus de 8,3 millions d'actifs dans leur œuvre d'évangélisation. Leur Eglise est dirigée par un collège d'une dizaine de personnes qui rédigent le journal principal du mouvement, La Tour de Garde, revue biblique fondée par Charles Russell.

 

Les Témoins de Jéhovah sont surtout connus pour leur célèbre activité d'évangélisation de porte en porte, la Bible à la main, leur livre de chevet. Ils annoncent l'intervention imminente de Jéhovah Dieu par son fils Jésus-Christ qui mettra fin au monde méchant lors de la bataille d'Har-maguédon décrite dans le livre biblique de la Révélation ou Apocalypse.

 

Les Témoins de Jéhovah considèrent qu'ils sont les seuls à avoir réussi à restituer le christianisme primitif, celui qui fut fondé par Jésus-Christ. Ils critiquent les autres religions comme faisant partie de ce que la Révélation appelle Babylone la Grande en raison du fait que ces religions ont pris part aux guerres des hommes. Quant à eux, ils conservent une attitude strictement neutres et apolitiques, ce qui leur a valu de cruelles persécutions tout au long du vingtième siècle surtout sous les régimes nazi et soviétique.

 

Le lobby antisecte veut les faire qualifier de secte dans le but de provoquer leur interdiction. Ce lobby manipule une certaine frange de l'opinion par le biais de quelques médias complaisants en quête de sensationnel qui cherchent à provoquer des controverses sur le refus des Témoins de Jéhovah de la transfusion de sang, sur un pseudo isolement social et vont jusqu'à porter des accusations de complaisance de pédophilie à propos de ce mouvement inexistant au plan des infractions à la loi.

 

La sociologie s'intéresse depuis plus de trente ans à cette confession chrétienne et cherche à expliquer le fonctionnement et la réalité objective et scientifique de ce mouvement chrétien mondial à l'approche originale.

 

 

Pour approfondir un peu plus

 

C’est Charles Taze Russell (1852-1916) qui, à partir de 1870 en Pennsylvanie, un état des Etats-Unis, fonde ce mouvement religieux chrétien. D’origine écosso-irlandaise, le pasteur Russell est presbytérien-congrégationaliste. Il coopère un temps avec un journal adventiste puis, en juillet 1879, il lance la publication de La Tour de Garde, journal religieux toujours publié par les Témoins de Jéhovah. Il déclare officiellement son association religieuse du même nom, La Tour de Garde, en 1884. Sa Société Biblique est toujours aujourd’hui dirigée par les Témoins de Jéhovah.

  

Son message qui s’inscrit dans le christianisme premier est simple : Jéhovah (c’est le nom de Dieu dans la Bible) enverra bientôt son fils Jésus-Christ détruire les impies et rétablir le paradis sur la Terre. Il pointe, plus de trente ans auparavant, la date de 1914 comme l’année durant laquelle Jésus-Christ commencerait son règne et provoquerait la fin des temps. Les Témoins de Jéhovah croient toujours que le Royaume millénaire du Christ est proche.

 

A sa mort en 1916, malgré des dissensions à l’intérieur du mouvement, Joseph Franklin Rutherford (1869-1942) est élu président de la Société biblique La Tour de Garde. En 1931, par un vote des membres des assemblées locales, le mouvement prend le nom de Témoins de Jéhovah. Il s’agissait pour eux de se démarquer clairement des autres mouvements chrétiens. Ils ne voulaient plus être appelés Russellistes ou Rutherfordistes ou encore Etudiants de la Bible, des termes trop vagues pour eux.

 

Nathan Homer Knorr (1905-1977) succède à Joseph Rutherford après sa mort en 1942 à la tête de la Société biblique La Tour de Garde. Il lance le mouvement dans un grand élan missionnaire. Le nombre de fidèles augmente sensiblement durant cette période. Le dernier président historique du mouvement des Témoins de Jéhovah est Frederick Franz, un universitaire qui a traduit la Bible avec un comité de traducteurs.

 

Un mouvement proche du pôle protestant évangélique

Même s’ils refusent cette assimilation, les Témoins de Jéhovah peuvent être identifiés à des protestants au sens historico-sociologique du terme. Leurs croyances font systématiquement référence à la Bible en matière de foi et de vie chrétienne (Sola scriptura), refus de la papauté, du culte de Marie et des saints, de la croix latine -symbole de l’Eglise catholique, des dogmes de l’Immaculée Conception, de l’Assomption mais aussi de la Trinité, sans fondement biblique (Restitution du christianisme), affirmation du don (kharisma) gratuit du salut (Sola gratia) avec l’amendement apporté par Saint Jacques sur les œuvres indispensables à la foi.

 

Les Témoins de Jéhovah prennent la plupart des versets de la Bible au sens littéral mais ne sont pas fondamentalistes. Par exemple, ils ne croient pas que le monde a été créé en six jours de 24 heures mais plutôt sur une longue période de temps indéterminée. Ils croient néanmoins à la création par Dieu des premiers hommes, rejetant ainsi la théorie de l’Evolution. Jésus-Christ est pour eux, comme pour tous les autres chrétiens, le Fils de Dieu. Mais il n’est pas Dieu. Dieu le Père est Jéhovah, nom sous lequel il est désigné dans l’Ancien Testament (Yahvé, Yahweh ou Jéhovah en français classique). Jéhovah Dieu a transféré la vie de son Fils, appelé dans les cieux Emmanuel ou l’archange Mickaël ou Michel, dans le sein de la vierge juive Marie pour qu’il naisse comme l’homme Jésus-Christ. En donnant sa vie pour l’humanité le 14 de Nisan de l’an 33 de notre ère, il en est devenu le Rédempteur.

 

Grâce à cette rançon, les hommes qui sont morts seront ressuscités (recréés). L’Homme n’a pas d’âme, il est une âme. A sa mort, il disparaît complètement. Seul son souvenir reste dans la mémoire de Dieu qui pourra ainsi le recréer sur la terre après la guerre finale et l’instauration du Paradis. Comme la Bible le stipule clairement à la fois dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, l’âme, le sang et la vie étant liés et appartenant exclusivement à Dieu, les Témoins de Jéhovah refusent la transfusion sanguine et la consommation de viandes non saignées. Les Témoins de Jéhovah attendent toujours la fin de ce monde éloigné de Dieu. Pour eux, leur mouvement est le seul que Dieu peut agréer du fait de ses positions neutres quant à la politique ou aux guerres. Le christianisme ne peut cautionner aucune violence. Les religions chrétiennes ayant demandé à leurs aumôniers de bénir les conflits armés, elles se sont disqualifiées définitivement aux yeux de Dieu.

 

Leurs pratiques reposent sur la piété personnelle, l’étude individuelle de la Bible, l’observance de pratiques collectives, la participation régulière au culte hebdomadaire, la place centrale de la prédication, en chaire et dans le cadre d’une activité d’évangélisation domiciliaire systématique dévolue à chaque Témoin (sacerdoce universel des croyants), le refus d’une conception sacrale du clergé, le baptême d’adultes par immersion (baptisme), l’inutilité de la confirmation, la Sainte Cène pratiquée une fois l’an à la date correspondant au 14 nisan du calendrier juif (fête mobile) comme mémorial de la Passion du Christ selon la tradition Zwinglienne, le refus de la doctrine de la transsubstantiation. Seuls ceux qui estiment, en toute conscience, faire partie des 144 000 élus dont parlent le livre de la Révélation ou Apocalypse, qui iront siéger au côté de Dieu après leur mort consomment le pain et le vin ce jour-là.

 

Les services religieux sont peu émotionnels. Ils consistent en réunions d’étude pendant lesquelles les fidèles écoutent des discours, lisent la Bible, commentent les publications bibliques du mouvement, principalement La Tour de Garde, ou s’entraînent à la prédication. Chaque culte commence et se termine par une prière prononcée à tour de rôle par un membre de l'Eglise locale et le chant d'un cantique extrait d'un recueil de chants composés par un orchestre constitué de musiciens bénévoles eux-mêmes Témoins de Jéhovah.


Dans la vie quotidienne, les Témoins de Jéhovah refusent, par pacifisme, d’accomplir un service militaire mais acceptent, par civisme, d’effectuer un service civil. Ils considèrent le salut au drapeau comme une marque d’idolâtrie mais respecte cet emblème national en se levant par exemple quand il est hissé. Ils ne chantent pas les hymnes nationaux mais les respectent de la même manière. Ils sont connus par ailleurs pour payer scrupuleusement leurs impôts et taxes et sont généralement appréciés par leurs employeurs pour le zèle qu'ils mettent à leur travail. Ils ne fument pas pour éviter de souiller leur corps mais parfois boivent de l’alcool mais toujours avec modération.

 

Leurs pasteurs (anciens, du grec presbyteroï) sont des laïcs bénévoles qui exercent pour vivre une activité salariée, sont souvent mariés et pères de famille, bénéficient d’une formation interne longue et continue, assurent les cultes mais aussi les différents actes cultuels (baptêmes, mariages, enterrements), animent différentes activités (direction de groupes d'évangélisation, visites des malades et des isolés), représentent leur congrégation locale à l’extérieur, agissent sans hiérarchie au sein d’un conseil presbytéral (collège des anciens) pour la direction de la congrégation locale, assument pour certains d’entre eux des ministères spécialisés – construction et maintenance de lieux de culte / salles du Royaume, soutien particulier aux malades hospitalisés, activités d'information des médias, d’autres encore, peu nombreux, assument leur ministère à plein temps dans le cadre de l’organisation du culte au niveau régional.

 

La comparaison entre les croyances et les pratiques du protestantisme et celles des Témoins de Jéhovah démontre leur appartenance bon gré mal gré au monde protestant. L'analyse comparative de la Discipline et Règlement général d'application d'articles de la Discipline de l'Eglise Réformée de France - ERF, avec la constitution et le fonctionnement du Culte des Témoins de Jéhovah présentés dans Organisés pour faire la volonté de Jéhovah le confirme encore.

   

Un mouvement chrétien millénariste

Pour le dire à la manière de Régis Dericquebourg, les Témoins de Jéhovah sont un mouvement chrétien eschatologique, millénariste, utopique, volontaire, élitiste, protestataire, exclusif et militant.


Les Témoins de Jéhovah attendent fébrilement la fin (eschatologie) du monde dans sa forme actuelle à l’issue de la bataille d’Har-maguédon. Les tremblements de terre, les épidémies, les famines mondiales annoncés par le Christ dans les évangiles en seraient la preuve irréfutable.

 

Ils attendent le rétablissement du Royaume de Dieu, un règne qui, selon l’Apocalypse, durera mille ans (millénarisme). A la fin de cette période, les hommes auront la possibilité de renier Dieu. Ceux qui le feront mourront définitivement. Les autres resteront pour toujours dans le paradis restauré. Le caractère utopique est le corollaire du millénarisme. Les Témoins conçoivent le paradis restauré comme une théocratie où la mort, la maladie, l’exploitation de l’homme par l’homme seront abolies. Pour l’instant, leur organisation constitue dans l’esprit des fidèles un paradis spirituel, une sorte de déjà-là du Royaume.

 

Ils forment un groupe volontaire au sens où le candidat reçoit le baptême après en avoir fait personnellement la demande. L’eau baptismale peut lui être refusée s’il ne se conduit pas conformément aux principes du christianisme tels qu’ils sont compris par les Témoins de Jéhovah. Cette confession chrétienne peut être qualifiée d’élitiste dans la mesure où elle prétend être la seule organisation de salut acceptée par Dieu. D’un côté, les profanes qu’il faut respecter mais ne pas fréquenter parce qu’ils appartiennent sans le savoir à un monde qui repose entre les mains du Diable, de l’autre les fidèles. Seuls les convertis seront sauvés. Il s’agit aussi d’un groupe protestataire. En effet, les Témoins de Jéhovah condamnent sans ambages les sociétés actuelles violentes et refusent la transfusion de sang total, une pratique médicale communément admise bien que de plus en plus encadrée et surveillée.

 

Le mouvement est exclusif au sens où il rejette par principe tout compromis avec les systèmes politiques sur les questions du militarisme et du patriotisme. Ses membres se considèrent comme neutres, c'est-à-dire qu'ils ne prennent pas position. Par essence chrétienne, ils sont totalement non-violents et ainsi ne constituent jamais une quelconque menace ni pour les biens, ni pour les personnes, ni pour l'ordre public. Même s'ils sont persécutés ou menacés, ils refusent toujours la violence. S'ils sont interdits, ils poursuivent leurs activités religieuses dans la clandestinité.

 

Enfin, le militantisme est un de leur trait fondamental, peut-être leur label. Leur prédication opiniâtre et mondiale de la venue proche du Royaume de Dieu est désormais légendaire.

 

Un mouvement religieux chrétien de rang mondial

Ce groupe religieux possède donc toutes les caractéristiques de la secte au sens sociologique : adhésion volontaire, appartenance accordée selon le mérite, exclusivité (ses membres se considèrent comme un peuple à part), idéal de perfection personnelle revendiqué par les fidèles, pas de clergé mais seulement des laïcs, un engagement militant important, une vie axée autour du christianisme jéhovéen, un refus de la compromission et l’affirmation d’une identité chrétienne forte. Néanmoins, on ne peut pas le considérer comme une secte du point de vue médiatique, mais bien comme un mouvement religieux minoritaire chrétien important au plan mondial.

   

En 2016, les Témoins de Jéhovah regroupaient plus de 20 millions d'assistants lors de leur célébration annuelle du Mémorial dans leurs Salles du Royaume dans quasiment tous les pays du monde. Ils étaient plus de 8,3 millions d'actifs dans plus de 119.000 assemblées locales. Aux USA, leur foyer historique, ils sont près de 2,5 millions; près de 2,3 millions au Mexique, 1,8 millions au Brésil, plus de 438.000 en Italie, berceau du catholicisme, 309.000 en Argentine.

http://barbey.jimdo.com/relations-avec-les-etats/monde/

 

En France, leur communauté compte plus de 282.000 personnes (métropole et départements ultramarins), ce qui fait de ce groupe religieux chrétien la cinquième religion de France. http://barbey.jimdo.com/organisation/effectifs/

Quelques chiffres (2017) :

* 2052 assemblées de fidèles - congrégations locales

* 881 groupes et pré-groupes

  (assemblées, groupes et pré-groupes dans 16 territoires en 94 langues différentes)

* 1100 lieux de culte locaux - Salles du Royaume 

* 12 lieux de culte régionaux - Salles d'assemblées 

* 1134 associations locales, régionales et nationales pour le culte (loi du 09/12/1905)

   (chiffre de 2015)

Présence en France :

* 1897 : Parution en Français du livre du pasteur Charles Russell L'Aurore du Millénium

* 1903 : Première édition du périodique religieux La Tour de Garde en Français

* 1906 : Première association déclarée en France "Eglise chrétienne d'Haveluy" (59)

Situation juridique des Témoins de Jéhovah de France :

* Associations religieuses reconnues par les Arrêts du Conseil d'Etat du 13 janvier 1993 et du 23 juin 2000

* Affiliation des ministres à la caisse de Sécurité sociale des cultes (CAVIMAC) en 2003

* La CEDH reconnait l'entrave à la liberté de culte des Témoins de Jéhovah par le France en 2011 et demande de mettre fin à cette situation discriminatoire à leur encontre

* Le Conseil d'Etat accorde le statut d’aumônier aux ministres du culte jéhovéens en 2013

Situation sociologique :

[Enquête SOFRES 10/1998]

* 63% des témoins de Jéhovah ont une d'activité professionnelle (France 53%)

* 85% des enfants jéhovéens de 2 à 5 ans inscrits en maternelle ou en crèche

* 94% des enfants jéhovéens inscrits à l'école laïque républicaine

* 75% des enfants participent aux activités culturelles et sportives de l'école

* 60 % des enfants participent aux activités sociales, classes vertes, classes de neige

* 97 % des familles jéhovéennes ont un médecin de famille

* 78% des Témoins de Jéhovah ont déjà été hospitalisés

 

 

Une courte bibliographie (chronologique)

 

- M.Introvigne, Les Témoins de Jéhovah, Paris, Cerf, 1990.

- B. Blandre, -, Les Témoins de Jéhovah, Paris, Brepols ; Maredsous, 1991.

- Chr.Paturel, Et Pharaon dit : « Qui est Jéhovah ? », Chomerac, Les Ateliers du Coiron, 1993.

- Cercle Européen des Témoins de Jéhovah Anciens Déportés et Internés - CETJAD,Mémoire de Témoins, 1933-45, septembre 1994.

- C. Cagne, Connaître et comprendre le témoin de Jéhovah (1e partie), Revue de l'Infirmière, n° 19, p. 60, 1994 ; Connaître et comprendre le témoin de Jéhovah (2e partie), Revue de l'Infirmière, n° 1, p. 57, 1995.

- R. Dericquebourg, Les résistances aux groupes religieux minoritaires en France, in Le débat sur le rapport de la commission parlementaire, pp.73-84 ; Les Témoins de Jéhovah et le rapport, idem, pp. 255-260, Paris, Dervy, 1996,

- S. Besson, Droit de la famille, religions et sectes, préface de Paul Bouchet (Ancien président de la Commission Consultative des Droits de l'Homme), Éditions EMCC, Lyon, 1997.

- G. Canonici, Les Témoins de Jéhovah face à Hitler, Préface de François Bédarida, Paris, Albin Michel, 1998 ; Précisions, Le Christianisme au XXème siècle, Hebdomadaire protestant, n°702,, p.11, 12 au 18 septembre 1999.

- Ph. Goni, Les Témoins de Jéhovah : Pratique cultuelle et loi du 9 décembre 1905, Préface de Michel de Guillenchmidt (Doyen de la faculté de droit de l'Université René Descartes Paris V, avocat au barreau de Paris, conseiller d'État honoraire), Éditions L'Harmattan, Paris, 2004.

- Ph. Barbey, Les Témoins de Jéhovah – La survivance du christianisme antitrinitaire : une résistance spirituelle pour la foi en un Dieu unique, thèse de Diplôme de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) – Sorbonne, Vème section, sciences des religions, Paris, École Pratique des Hautes Études (EPHE) – Sorbonne, 2001 ; Les Témoins de Jéhovah – Pour un christianisme original, Paris, L’Harmattan, collection religion & sciences humaines, 2003 ; De la mise à l’index aux camps de concentration : le cas des Témoins de Jéhovah, in Chatelain S., Pour en finir avec les camps, Paris, L’Harmattan, 2005, pp. 61-73.

- D. Forget, Témoins de Jéhovah en France : entre reconnaissance et discrimination, Editions ILV, 2010.

- C. Couchouron-Gurung, Les Témoins de Jéhovah - Sociologie d'une controverse, Paris, L'Harmattan, Collection Religions & Spiritualité, 2011.  

- Ph. Barbey, Les Témoins de Jéhovah – Une analyse sociologique, Max WEBER et les charismes spécifiques, la mondialisation d'un christianisme de conversion : un charisme d'évangélisation?, Editions Atelier National de Reproduction des Thèses - ANRT, Université Lille 3, 2011.

- Rapport mondial annuel pour 2016, Annuaire des Témoins de Jéhovah 2017,  Watch Tower Bible and Tract Society, 2017.

 

 

Référence universitaire pour citer cet article :

- Barbey Ph., Les Témoins de Jéhovah : Une définition sociologique, Focus sociologique, consulté le [date], http://barbeyphilippe.jimdo.com/les-t%C3%A9moins-de-j%C3%A9hovah-un-essai-de-d%C3%A9finition/ .

  

ENGLISH Website

http://philbarbey.jimdo.com

 

Fiche L'Harmattan

 

 Observatoire Européen

des Religions et de la Laïcité - OERL

 

visites depuis le 06/04/2014

116.510 visites cumulées de FOCUS SOCIOLOGIQUE

au 14/08/2017

Recherche     86.300

Articles          20.050

Thèse             5.050

English site     5.110